E-mailImprimerExport ICS

LA BRUME

Évènement

LA BRUME
Titre:
LA BRUME
Date:
Jeu, 26. avril 2018, 21:00 h
Lieu:
Le Théâtre
Catégorie:
spectacle en famille, tous publics

Description

ENSEMBLE PAS 5404 copie

LA BRUME 1ère époque

Histoire fantastique enregistrée en public

Traumszpiel

Texte, mise en voix et scénographie : Christophe Bihel Bande originale : Sébastien Simon, Jérémy Ravoux Emballage sonore : François Leymarie
Création lumières / Régie/ construction : Michel Druez Costumes et accessoires : Laure Guilhot

Avec : Agnieszka Kolosowska-Bihel, Mathieu Dion, Sébastien Simon, Jérémy Ravoux, Christophe Bihel

Production : Le Théâtre d’Aurillac (scène conventionnée / scène régionale d'Auvergne), Le Sémaphore Cébazat (scène conventionnée / scène régionale d'Auvergne), Forum Rexy Riom (scène régionale d'Auvergne), , la 2Deuche Lempdes (scène régionale d'Auvergne), Yzeurespace (scène régionale d'auvergne) , Le Petit Théâtre Dakôté...


Partenaires : Le Théâtre de Cusset (scène conventionnée / scène régionale d'Auvergne), Le Théâtre du Cloître (scène conventionnée de Bellac).

Remerciements : Le Théâtre des Îlets (CDN de Montluçon), Le Cube Studio théâtre d'Hérisson – Cie la Belle Meunière, Le Groupe des 20, Radio France Bleu Pays Auvergne, Le Pot au Noir, Dominique Terramorsi, Maxime Huyghe.

Avec le soutien du TRANSFO Art et Culture en région Auvergne, et des Rencontres DAV – Dynamique des arts vivants en Massif Central - ( Le projet DAV est co-financé par le Fond National d’Aménagement du Territoire (FNADT) et l’Union Européenne dans le cadre du programme opérationnel interrégional Feder Massif central).

Venue d'un pays où toute forme de distraction collective est prohibée, une femme, Vahya Kondhios, a imaginé une toute nouvelle forme d'art populaire : le Traumszpiel (jeu de songes) ; un récit fantastique se racontant en musique dans le secret et l'obscurité d'une cave. L'action de LA BRUME se déroule loin, très loin à l'Est où d'étranges disparitions mettent en émoi la province oubliée de Chmynsk.

Premières intentions... Premières envies...

Avec LA BRUME, nous poursuivons avec passion notre cycle d'histoires fantastiques. Cette fois, le public sera convié à l'enregistrement radiophonique d'une fiction. Tour à tour acteurs, conteurs, bruiteurs, techniciens et musiciens, nous partirons en balade au delà du réel. Un clin d’œil à la fameuse émission d'Orson Welles mais aussi aux auteurs, maîtres de l'imaginaire, que nous admirons depuis toujours : Gogol, Lem, Vonnegut, Poe, Caroll, Boulgakov, et tant d'autres... L'enregistrement du jour pourra être retransmis en direct par une radio locale et offert aux spectateurs qui le souhaitent à l'issue de la représentation....

... Pister de nouvelles sensations, explorer un nouveau continent, terra incognita, fabriquer "une BD sonore", un conte musical d'aujourd'hui. Plonger le spectateur dans une pénombre exquise, le prendre par la main, lui chuchoter à l'oreille d'étranges et douces mélodies et l'emmener loin, très loin au pays des écritures imaginaires. Une histoire mise en voix et en musique, un enregistrement, lui, mis en scène, mais très délicatement. Ouvrir notre cuisine en toute sincérité, montrer la troupe au travail, sans fard ni artifice ; quelques micros, quelques instruments, quelques accessoires et hop ! nous voici tous, funambules virevoltants donnant la vie à une histoire de fous au fil de notre imagination. Partager nos envies d'un théâtre différent, d'à côté, avec bonheur, tout simplement.ENSEMBLE PAS 5581 copie

LA BRUME
Un spectacle tout-terrain

Ce projet singulier (enregistrement public d’une nouvelle fantastique, mise en voix, en musique et en sons en live au plateau) est tout à fait modulable et peut se présenter sous différentes formes.

 

Avant-propos...

Mesdames, Messieurs, chers spectateurs de La Brume,

Mon nom est 622A 746B PKP330Z mais mes amis m'appellent Vaya, "Vaya Con Dios", plaisantent- ils souvent. J'ai cinquante-trois ans, j'habite une province oubliée comme il en existe beaucoup ; j'aime les fleurs, les gens, la musique et les livres. Je suis femme de ménage. J'aime ce métier car je me sens utile ; beaucoup n'ont pas cette chance. Je suis heureuse, vraiment, heureuse avec passion mais heureuse par devoir, aussi.

Dans un pays où depuis des années, ceux qui nous gouvernent nous interdisent le moindre souffle de liberté, la joie de vivre est, croyez-moi, un acte de résistance. Chez nous, une simple parole, un simple geste, un sourire même, peuvent devenir un crime.
Wythold, mon mari, l'a payé de sa vie. Pour une stupide plaisanterie à la cantonade d'un café, il a été arrêté, battu, exécuté ; qu'il repose en paix !... Nous étions à peine mariés... pas même le temps d'une dispute... ni celui d'un enfant. J'étais détruite.

MUSICIENS floutes PAS 5488Puis papa est devenu trop vieux pour vivre puis maman l'a suivi, j'étais seule. Un matin gris, trop triste, trop chagrin, j'ai décidé de me pendre ; mais à l'instant de m'envoyer au diable, un tout jeune chiot est entré dans le jardin. Il s'est assis en face de moi et m'a fixé, comme ça, droit dans les yeux. Son regard était d'une douceur !... La corde autour du cou, perchée devant ce chiot superbe, je me suis sentie si ridicule. La vie était si belle, je n'avais pas le droit. Le temps de m'enlever la corde et de chasser l'émotion de mes yeux, le chiot s'était sauvé. Je ne l'ai jamais revu. C'était il y a longtemps.

J'avais choisi la vie : il me fallait maintenant trouver des raisons de l'aimer. Mes parents m'avaient, fort heureusement, laissé un toit ainsi qu'un peu d'argent. Pour tromper l'ennui, j'aidais les nombreux retraités du quartier : quelques heures de ménage, un peu de cuisine, des commissions. Parmi ces gens, il y avait un vieux professeur de chimie que j'aimais particulièrement. Il passait ses journées à boire et ses nuits à travailler à un obscur projet qu'il appelait "l'œuvre de sa vie". Son appartement était un capharnaüm qui empestait le souffre, la sueur, le tabac et l'alcool. Chaque jour, lorsque je lui portais ses repas, nous bavardions de tout et de rien, pour le plaisir des mots et celui d'être ensemble. Ce vieillard était beau, généreux, un peu dingo... Un matin, je l'ai trouvé étendu sur le plancher de son laboratoire. Mon vieil ami était mort. C'était il y a longtemps.

Un jour d'automne, suite à une série de manifestations qualifiées d'anti-démocratiques par ceux qui nous gouvernent, un couvre-feu intégral fut décrété dans tout le pays.
Du coucher au lever du soleil, il était désormais interdit de sortir de chez soi et de se réunir. Radio et télévision n'émettaient plus. Théâtres, cinémas et cafés furent, de gré ou de force, fermés. Puisqu'il n'y avait plus de distractions, il fallut bien en inventer.

Par pure fantaisie, je me suis mise à inventer des histoires fantastiques que je racontais le jour à mes vieux du quartier, puis la nuit, à ceux qui le souhaitaient. Les gens arrivaient chez moi avant le couvre- feu et repartaient à l'aube après une nuit passée à écouter mes contes dans la cave. Très rapidement, ces soirées eurent beaucoup de succès, puis à leur tour, les gens se mirent à composer leurs propres histoires, à inviter chez eux leurs propres amis. Le soir, la ville qui d'apparence semblait morte fourmillait en fait d'une multitude de caves à histoires, où l'on pouvait enfin s'amuser. Petit à petit, ce qui n'était au départ qu'un simple divertissement pour échapper à notre grisaille totalitaire, devint un authentique mouvement d'art populaire, qu'on appela Traumszpiel ou jeu de songes.JERRY 4866

J'ai toujours aimé l'art et les livres, mais je n'ai jamais imaginé inventer quelque chose qui rende les gens heureux. Je suis émerveillée de m'apercevoir que nos histoires, par la simple magie des bouches et des oreilles, aient traversé toutes ces frontières.

Notre pays est en train de se libérer de ses chaines. Ces années terribles seront bientôt derrière nous et ceux qui nous gouvernent vont répondre de leurs crimes. Nous sortons peu à peu de la nuit, nous ne sommes déjà plus des numéros de sécurité sociale, mais de véritables personnes, portant enfin de véritables noms. Nous ne pouvons encore voyager à notre guise, mais cela ne saurait tarder. En attendant d'avoir le bonheur de vous rencontrer, je suis heureuse que des amis de votre pays aient décidé de d'enregistrer à leur manière, mon Traumszpiel...

Vous êtes très certainement dans un théâtre ou un auditorium mais imaginez-vous, dans la pénombre du cave calfeutrée avec précaution, à l'abri du mépris de ceux qui nous gouvernent où vous allez, en toute simplicité vous divertir pour le plaisir des histoires et de la fantaisie.

Je dédie ce Traumszpiel au petit chien qui m'a sauvé la vie. Amicalement, Vahya Kondhios

Dakôté et les théâtres du monde

Notre aventure en Auvergne est le fruit d’un parcours d’une vingtaine d’années de théâtre à travers le monde, de rencontres, de résidences, d’écoute assidue, du désir fou de vivre notre métier librement, pour enfin se poser quelque temps, pour fabriquer et polir le théâtre de nos rêves. Avant de repartir ?... Ces années de voyages sont notre bagage, boîte à outils précieuse.

Nous avons fait notre tour du monde des théâtres comme le compagnon fait son tour de France : non comme un choix, mais comme une absolue nécessité. Nous avons eu la chance d’entendre assez tôt des maîtres, importants. C’était écouter, ne pas tout comprendre mais absorber. C’était être là, au bon moment, au plus près, par la grâce du hasard et de la curiosité.

Nous avons connu (un peu) la vie du monde, nous voyagions pour travailler. Nous souhaitions, non pas « consommer » de la culture, mais consumer de la vie. Nous avons coupé le cordon des racines, nous n’avons pas joué pendant des années dans notre langue natale. Nous l’avons oubliée pour la retrouver avec force. Nous avons servi tous les théâtres et tous les styles avec le même désir de bonheur. Nous nous sommes trompés aussi... Nous nous sommes passionnés pour les théâtres Balinais, Nô, Kathakali ... Nous avons su admirer, nous avons tenté de saisir, pour un jour, traduire à notre façon, ces sensations profondes et enfantines, sortes de petites flammes parvenues jusqu’à nous depuis la nuit des temps...Nous avons aussi bu de la bière et observé les gens.

Nous avons pu travailler de longs mois avec des acteurs Polonais, Anglais, Indiens, Allemands, Africains, Russes, Américains, Danois, Espagnols, Français... Nous avons frémi, ri, douté, trimé,

inventé, et nous sommes engueulés dans toutes les langues, mais nous avons surtout fabriqué... Ensemble.

Nous avons cru reconnaître la fin d’un cycle... Apprendre puis donner, puis partir... Quelquefois revenir aussi...

Nous souhaitons être toujours parfaitement libres. Nous concevons l’art du théâtre comme un troc, ardu mais toujours tendre et généreux.

Écrire, fabriquer un théâtre fait d’histoires pour les parents, les enfants et les oncles et les tantes, les cousins, les cousines et les vieux : du théâtre « Smala » ?... Tiens, c’est une idée ça ! Pourquoi pas ?

Courte biographie Dakôté

Créé par Agnieszka et Christophe Bihel après une dizaine d'années passées à parcourir le monde avec Footsbarn Théâtre, Le Petit Théâtre Dakôté est né fin 1999 à Hérisson sur les bords de l'Aumance avec l'idée de faire autre chose, autrement.

Dakoté c'est plus de 15 créations tout public / tout-terrain, plus de 600 représentations, des tournées dans les fermes, les granges, les jardins, les forêts, les places de villages mais aussi les théâtres. De beaux voyages en Pologne (Teatr Dramaticzny de Legnica) en Guadeloupe (Artchipel / Scène Nationale), des Festivals (Spectacles en recommandé, Puy de mômes, Festival Miasto, Festival A Suivre, Avignon off), de passionnantes aventures théâtrales, avec la Compagnie de L'oiseau-Mouche /Roubaix (2 mises en scène, plus de 200 représentations), des spectacles écrits pour les uns et les autres (Théâtre Pom' / Nantes), des résidences longues durée à Yzeure (10 ans), des partenariats avec LE CDN de Montluçon (Coproduction /LE CHANT DU MONDE, Rencontres de Hérisson), La Comédie Clermont–Ferrand / scène Nationale (Coproduction LE MARIAGE DE FIGARO), des étapes régulières chez de fidèles soutiens (Le Sémaphore de Cébazat, le Rexy de Riom, Le Théâtre d'Aurillac, Yzeurespace, Le théâtre de Cusset, la 2deuche de Lempdes, la Coloc' de Cournon) et, bien évidemment, de nouvelles aventures, de nouvelles tournées et résidences, avec de nouveaux partenaires : le théâtre du Cloitre de Bellac, Scène Nationale du Creusot, la ville de Lavault St Anne...

Cliquez ici pour un bout de vidéo de LA BRUME...

L’équipe

Christophe Bihel - Comédien, metteur en scène, auteur, adaptateur

Agnieszka Kolosowska - Bihel - Comédienne et metteur en scène

François Leymarie – Musicien – compositeur- arrangeur- ingénieur du son – réalisateur de décors sonores M

Sébastien Simon - Chanteur , musicien, auteur - compositeur

Mathieu Dion – Comédien / metteur en scène.

Jérémy Ravoux – Musicien, compositeur, éclairagiste.

Florent Peters – Administration, diffusion

site de la compagnie : http://www.dakote.fr/

Tarifs : ad 4€ / (- 12 ans) gratuit.


Lieu

Localisation:
Le Théâtre